Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fleche
  • Le blog de fleche
  • : Quelques réflexions ou observations que j'aimerai partager avec vous sur l'actualité, la société, la politique. "La rigidité et la dureté sont les compagnons de la mort. La douceur et la délicatesse sont les compagnons de la vie." Lao Tseu
  • Contact

Photographies

Les photographies mises sur ce blog sont soit les miennes soit mises en ligne à partir de Flickr. Si vous découvrez une  photographie qui ne serait pas libre merci de m'en informer je la retirerai immédiatement.

Recherche

Un peu plus sur Flèche

La tête encore dans
les nuages                                       








Et yeux tournés
vers la  terre
pour y regarder la nature souvent si belle












rose tassin cmp








Archives

Black Out

HADOPI - Le Net en France : black-out
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 19:55

Entre les déclarations tonitruantes très récentes d'un nutritionniste dont j'ai oublié le nom (acte manqué au sens psychanalytique du terme) et la loi sur le durcissement de la lutte contre l'alcoolisme, la filière viticole est bien mal en point.

La cible c'est celle-là :

"l'interdiction totale de la vente d'alcool aux mineurs, la suppression des boissons alcoolisées dans les stations-service et la disparition des "open bars", qui permettent de consommer de l'alcool à volonté moyennant le prix d'entrée à une soirée.

Ennemi désigné : le "binge drinking", qui consiste à s'enivrer le plus possible au cours d'une soirée"  extrait d'un article du Monde que vous trouverez ici

Juste une précision le "binge drinking" ne consiste pas seulement à s'enivrer le plus possible mais surtout à être ivre le plus vite possible.

Une question se pose. Est-ce en interdisant et la vente, et les "open bars" et les boissons alcoolisées dans les stations-service que le résultat attendu sera atteint ? C'est mal connaître les jeunes. Qui va empêcher un majeur de 18 ans d'aller acheter de la bière ou autre alcool pour des jeunes mineurs ?

Oui il y a un problème dans ce pays avec la consommation, par les jeunes, d'alcools de toute sorte.

Oui ils arrivent déjà bien remplis lorsqu'ils assistent à des concerts. Oui il y a des comas ethyliques de plus en plus fréquents lors de soirées.

Avant d'interdire, il serait intéressant de se poser la question du pourquoi. Il serait également intéressant d'éviter de faire l'amalgame entre un réel problème de société : l'alcoolisation des très jeunes et la consommation modérée d'alcool par la population française.

La France est un pays de haute tradition en matière viticole. Il ne semble pas très malin de toucher à cette tradition. Le vin se respecte, se hume, se respire, se boit ... bref, se déguste. A quel titre voudrait-on nous priver de ces plaisirs simples ?

A force d'interdire, les français vont chercher des contournements.

Il serait préférable de chercher et de trouver des solutions à l'alcoolisation des plus jeunes.

Est-ce par exemple, de vivre dans un monde confortable mais anxiogène ?

 Le monde de l'adolescence est le monde du risque et des premières expériences. Frôler la mort fait partie des  paris des jeunes ados.
L'ivresse fait actuellement partie de ces paris, le gymkhana dans la circulation automobile aussi.

Il n'y a plus de service national pour répondre à ces défis. Faut-il le regretter ?
Repost 0
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 13:30

Pour résoudre la crise qui s'étend,  s'étale et risque de bouleverser beaucoup de nos habitudes et certitudes, je me suis posé la question de notre rythme de vie.

Eh bien oui, très simplement et très naturellement.

En ce moment, en France,  c'est l'hiver. Enfin, la fin de l'hiver, mais il reste que les jours sont encore courts, que la nuit tombe vers 18 h et que le soleil est levé à 8 h, soit 10 heures où nous pourrions si nous vivions avec le rythme solaire être en activité.

Alors, une des solutions à nos fatigues récurrentes ne consistent-elles pas à se revenir en rythme avec la terre et les 24 heures qu'elle met pour faire sa révolution ? Sûrement idiot comme idée, mais on pourrait revenir ou au moins rester avec une heure de décalage par rapport à l'heure solaire et vivre au plus près du rythme solaire.

Ca voudrait dire travailler plus l'été que l'hiver, ça voudrait dire se mettre un peu en repos l'hiver et s'adapter à la lumière du jour. IDIOT ?

Evidemment c'est remettre en question beaucoup de convictions et d'acquis. Mais il y a quelque chose qui me choque profondément ; lorsque je rentre tard le soir ou au très tôt au petit matin, de réunion, je vois encore beaucoup de lumières allumées dans les appartements ou maisons que je longe.

Est-ce normal ?

Sommes-nous si noctambules ?

Comment pouvons-nous allier fatigue et efficacité ?

Comment pouvons-nous nous passer du sommeil indispensable à notre équilibre ?

L'une des solutions ne serait-elle pas de remettre en question le rythme du travail annuel ?

Voilà, c'était bêtement ma pensée du jour


Repost 0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 08:20

J'ai assisté récemment à une conférence donnée par le Professeur Olivier Revol, pédopsychiatre.

Le professeur Revol est chef de service à l'Hôpital neurologique de Lyon, et dirige dans cet hôpital, un centre de références.
Cette conférence donnée devant un public de près de 600 personnes a été à la fois un moment de plaisir et un moment intense d'informations.

Plaisir parce que le professeur est un conférencier exceptionnel, plein d'humour et qu'on passe un bon moment à l'écouter.

Informations car la conférence était basée sur les troubles "dys" (dyslexie, dysphraxie, dysphasie ...) ainsi que la précocité, et que M. Revol est un pédagogue en puissance.

Pendant une heure et demie qui passe très vite, le professeur parle à partir d'exemples de ses convictions et de son expérience. Il insiste sur ses convictions et insiste également sur le fait qu'il n'a aucune certitude.  Le professeur ne se contente pas d'indiquer comment on peut repérer la dyslexie ou autre trouble, il donne des clés, il aide.

Mais surtout, il n'est pas assis comme beaucoup de médecins sur des certitudes. Il est empathique envers les enfants et envers les parents.

C'est ainsi qu'il commence sa conférence en disant que les enfants sont les premières victimes de leur trouble évidemment, mais que les deuxièmes sont les parents.

Vous ne pouvez pas savoir le bien que ça fait d'entendre ces paroles là.

Je ne vais pas relater ici le contenu de sa conférence. Je ne suis pas sûre que ce serait intéressant. J'ajoute juste qu'il prépare un  livre qui sortira bientôt sur les enfants dits précoces.

C'est très réconfortant de l'entendre parler des enfants à haut potentiel, car ainsi que le dit très bien le professeur Revol, le terme précocité laisse entendre implicitement que ça va s'arrêter. Or ces enfants qui deviendront adultes auront toujours le même potentiel.

Réconfortant, parce que Olivier Revol les connaît bien. Il sait combien ils sont fragiles, hypersensibles et anxieux.


Il sait également qu'il n'est pas facile de dire non à ces enfants ou ces adolescents car ils savent particulièrement bien argumenter, et pour cause ...

Et il dit aux parents : ne lâchez pas, n'entrez pas toujours dans la discussion, sinon c'est fichu ! Et de donner l'exemple d'un tout jeune enfant qui ne veut pas aller se coucher en argumentant qu'il ne peut pas avoir sommeil car on vient de passer à l'heure d'été.

Le professeur Revol a déjà écrit un livre :
"Même pas grave ! - L'échec scolaire, ça se soigne"
Olivier Revol , Josée Blanc Lapierre 

Humour, compréhension, aident au rendez-vous !







Repost 0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 13:10

Il y a longtemps, lorsque je travaillais dans une commune de Normandie, le maire à chaque fois qu'il procédait à un mariage, transmettait aux mariés ce qui ressemble à une "philosophie de vie".

Il disait aux jeunes mariés qu'elle permettait de n'être jamais tout à fait malheureux.

Evidemment, les mariés, pour la plupart, attendaient patiemment qu'il ait fini et n'en prenaient pas pour autant de la graine.

J'ai entendu moult fois cettte philosophie, elle tient en trois phrases indissociables l'une de l'autre et qu'il ne faut pas s'aviser de séparer. Jusqu'ici je ne l'ai partagée qu'avec les gens que j'aimais et estimais profondément.

Mais voilà, je ne vais pas garder au fond de moi, quelques mots qui peuvent servir à d'autres.
Ils sont très simples et les phrases sont très courtes. Les voici : 

Donner plutôt que recevoir
Ne jamais rien attendre de personne
Toujours rester maître du jeu


Une nouvelle fois, ce billet est en écho à ce qu'a publié
TendrePoison.

J'ai souvent appliqué ces trois phrases, j'essaie toujours, j'y arrive parfois. J'arrive plutôt bien sur les deux premiers points, le troisième est plus difficile, il est très lié aux philosophies asiatiques, c'est d'ailleurs l'origine de ces trois phrases.

Je rapproche souvent le troisième point de la voie du juste milieu chez les bouddhistes. Il faut surtout bien savoir choisir son chemin. Et au final, c'est toujours nous qui choisissons.

J'insisterai sur le deuxième point : Ne jamais rien attendre de personne, en vous renvoyant au billet de
TendrePoison. Tout est dit dans ce billet.

C'est assez curieux d'ailleurs, comme plusieurs blogs en ce moment parlent de lumière, de don, de l'avenir, du devenir de l'homme.
C'est assez ancré dans la spiritualité en ce moment. Mais avec plusieurs petites lumières qui s'éclairent les unes après les autres, peut-être trouverons-nous le chemin.
<nocozop>

Repost 0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 09:26

Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui, je voudrais aborder un aspect plus profond, à savoir le cheminement de vie.

Appelons-le comme nous le voulons, chemin de vie, sens de la vie, spiritualité ...

Je ne parlerai pas des religions car elles ont toutes été dévoyées et ce n'est pas en renforçant l'intégrisme que l'on se rapproche des premières paroles. On s'en éloignerait plutôt.

Je me suis éloignée moi-même de l'église catholique, il y a certaines paroles que j'ai du mal à accepter, et plus que tout, la richesse du Vatican.

Je ne supporte pas la charité telle qu'elle est pratiquée par les chrétiens catholiques.

La pratique régulière d'une religion m'éloigne, je ne suis assidue à rien.

Et est-ce en pratiquant sans vraiment comprendre qu'on trouve ce que l'on cherche ?

Et que cherche-t-on ?

Assez ésotérique et obscur ce texte jusqu'ici. Alors je vais reprendre la première image de ce blog pour essayer d'éclaircir ma pensée.

Aujourd'hui, en occident, nous sommes emprisonnés par le confort matériel. Evidemment, je ne parle pas des personnes sans abri, mais sitôt que les personnes travaillent, elles ont un toit, de quoi se nourrir et on part à la quête du "toujours plus" à savoir : un confort électro-ménager lave-vaisselle, lave-linge, micro-ondes .. puis une télé écran plasma ou autre, un home cinéma, bref un inventaire à la façon de Prévert et si on entre dans l'aisance une voiture plus grosse que celle du voisin, une maison, une piscine ....

MAIS POURQUOI FAIRE ?

A quoi est-ce que ça va servir tout ça ?

Que fait-on de notre vie, vers où allons-nous ?

Est-ce le but véritable de la vie que d'acquérir toujours plus de matériel ?

N'avons-nous pas un autre but à atteindre que notre cécité ne nous permet pas de voir ?

Vous arrive-t-il de vous poser ces questions ?

Qu'y a-t-il au-delà de la mort ? Une vie, rien, ...

Alors je vais juste pour ce premier article de cette catégorie vous donner mon point de vue.

J'ai du mal à admettre que la vie ne se perpétue pas, que l'homme nait et meurt comme ça sans but à atteindre. Poussière tu es poussière tu redeviens. Ca bloque, j'ai du mal à y croire !

C'est peut-être pour échapper à l'angoisse de la mort. Pas si sûr ... Je ne pourrai jamais croire que nous sommes les seuls êtres pensants dans l'univers, que notre technologie est la seule ...

A partir de là, ... tout est remis en question

Je pars la tête dans les nuages pour rêver et peut-être trouver une étincelle de lumière.





Repost 0