Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fleche
  • Le blog de fleche
  • : Quelques réflexions ou observations que j'aimerai partager avec vous sur l'actualité, la société, la politique. "La rigidité et la dureté sont les compagnons de la mort. La douceur et la délicatesse sont les compagnons de la vie." Lao Tseu
  • Contact

Photographies

Les photographies mises sur ce blog sont soit les miennes soit mises en ligne à partir de Flickr. Si vous découvrez une  photographie qui ne serait pas libre merci de m'en informer je la retirerai immédiatement.

Recherche

Un peu plus sur Flèche

La tête encore dans
les nuages                                       








Et yeux tournés
vers la  terre
pour y regarder la nature souvent si belle












rose tassin cmp








Archives

Black Out

HADOPI - Le Net en France : black-out
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 17:44
J'ai reçu ce matin de la part d'une amie une photocopie qui m'a bien fait sourire.

Je vous donne le texte :

"ANNEES FOLLES
"
"T'as grandi au cours des années 40-50-60, comment t'as pu survivre ?
Les autos n'avaient ni ceinture de sécurité, ni appuie-tête, ni airbag. Sur le siège arrière, on se marrait et ce n'était pas dangereux.
Les lits à barreaux et les jouets étaient multicolores ou au minimum peints avec des laques douteuses contenant du plomb ou autres poisons.
Il n'y avait pas de sécurité enfants sur les portières de voitures, ni sur les prises de courant, encore moins sur les médicaments ou autres nettoyants chimiques domestiques. 
Il n'y avait pas de casque pour faire du vélo/ 
On buvait à même le tuyau d'arrosage et pas des eaux minérales en bouteilles stériles.
On construisait des caisses à savon, et ceux qui avaient la chance d'habiter pas loin d'une route en pente pouvaient tenter d'établir des records de vitesse, et même constater à mi-chemin, qu'on avait économisé sur les freins ... après quelques accidents, ces petits problèmes étaient résolus.
On osait aller jouer ... Fallait juste rentrer à la maison avant la nuit.
Il n'y avait pas de portables ... et personne ne savait où l'on traînait. Incroyable ...
Nous avions école jusqu'à midi, et l'on rentrait manger à la maison à pieds.
Erraflures, bras cassés, dents brisées, coudes écorchés ... Personne ne se serait plaint. Personne n'avait tort, si ce n'est nous-mêmes.
On avalait des sucreries, du pain beurré, et on ne parlait pas d'obésité. Nous jouions toujours dehors, et étions actifs !
On se partageait à quatre une limonade au goulot, et nul n'a jamais eu le SIDA;
Pas de play-station, Nintendo 64, box, jeux vidéo, câble haut débit, enregistreur vidéo, Dolby surround, portable, ordinateur, "chats" sur internet ... seulement des copains.
A pieds ou en vélo, on allait chez les copains même s'ils habitaient à des kilomètres On entrait sans frapper et on allait faire les c...
Si, si :! Dehors, dans ce monde gris ... et tout ça sans surveillance. Pas possible !
On jouait au foot avec une seule cage, et si l'on perdait, pas de frustrations, ni de "fin du monde".
Il y avait des élèves un peu "retardés" qui redoublaient. Bah ... Personne n'allait chez le psychologue ou la psychopédagogue.
On ne parlait pas de dyslexie, ni d'hyperactifs "THADA", ni de problèmes de concentration.
On redoublait simplement l'année, et chacun avait sa chance.


Nous avions : libertés, revers, succès, devoirs ... et l'on apprenait à faire avec.


La seule question est  :
Comment avons-nous fait pour survivre ? et de plus, comment avons-nous fait pour développer notre personnalité ?


Es-tu toi aussi de cette génération ? 
Si oui, fais lire ce texte à tes amis contemporains, à tes enfants et leurs cousins, afin que tous sachent comment c'était de notre temps...
Ils répondront peut-être que l'on devait drôlement s'ennuyer à cette époque... Pourtant qu'est-ce qu'on a comme bons souvenirs, hein ? !!! ..."
Lecteur anonyme

Edit 28 janvier
Mon objectif n'est pas de dire : c'était mieux avant.
Ceci dit, cette lettre écrite avec humour, pointe une dérive de notre temps : la sécurité.
Or trop de sécurité tue la sécurité car elle déresponsabilise. Nous assistons  à la mise en application permanente de cette affirmation.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

plume de cib 31/01/2010 10:51


Je ne pense pas qu'en matière sécuritaire, la France en soit obsédée. Depuis l'ère industrielle, il y a eu beaucoup d'innovations et c'était un peu l'ère des géo trouvetou. Mais on était si
contents d'avancer qu'on bâclait. Etant petite, il m'est arrivé souvent de prendre du "jus" avec les appareils ménagers, une fois avec une prise. Ben, je peux vous dire que je suis contente que
cela ne soit presque plus possible. Parce que, merci bien. Le courant, c'est utilisé pour les tortures !
Pour ce qui est de la sécurité dehors, de l'histoire des enfants qui jouent dehors etc... encore une fois, c'est idéalisé ! Certes, à la campagne, c'était possible, et encore. Il y a aussi beaucoup
de danger à la campagne et laisser ses enfants sans surveillance, où que ce soit, c'est un crime. En ville, j'habitais Lyon, mes parents mes mettaient constamment en garde contre les pervers, les
rapts d'enfants etc... Il n'y avait pas moins de maboules que maintenant. Ce n'est pas parce que la société est plus moderne que les gens deviennent normaux.
Maintenant, là où la France n'est vraiment pas une obsédée de la sécurité c'est par exemple en ce qui concerne l'amiante. Depuis 1908, ce minéral est considéré comme hautement toxique. Depuis 1930
les anglais ont prescris le port du scaphandre pour la manipuler. En France, ce n'est qu'en 1997 que Chirac a tout à coup jouer les héros en proscrivant l'amiante !!! Chaque jour, 10 personnes
meurent en France à cause de l'amiante ! On n'a plis que 70 ans de plus que les anglais à réagir. Donc, je ne vais pas blamer la France de prendre des mesures de sécurité et ne vais pas jeter non
plus les normes européennes...


Sylvie 30/01/2010 12:03


Bon, née en 61, j'ai mon ticket d'entrée ! Lecture de deuxième degré, c'est excellent. Et oui, certaines contraintes, lois, ou normes ont apportées du bon. Ceinture de sécurité par exemple,
dépistage et suivi des enfants dislexique (à rapprocher des progrès de la médecine et ou de la science) et plein d'autres choses.
Mais ceci a un prix : un peu moins d'autonomie, donc un peu moins de libre arbitre. Et souvent, un apprentissage repoussé des adolescents de la responsabilité, avec parfois des parents qui,
compensant leur propre jeunesse trop bridée sur le plan éducatif, ont laissé filer le balancier un peu trop loin. Ce qui ne peut être qu'au détriment d'une construction de la personnalité de leurs
jeunes, abreuvés de modèles télévisuels consuméristes et désincarnés. Mais bon, on ne va pas pleurer, ni sur le passé, ni sur l'avenir…


fleche 30/01/2010 12:57


C'est clair que tout n'est pas à rejeter ni dans le progrès ni dans la sécurité.
Mais l'accent mis sur sécurité en permanence fait naître la peur.


sixtine 28/01/2010 16:30


Tout le monde a un peu raison...
La vie d'alors avait une autre " dimension " , celle qui nous manque cruellement à ce jour et nous fait rêver...
Pour le reste, la sécurité permet de préserver des vies et chaque vie sauvée vaut bien quelques sacrifices...
Amicalement.


fleche 28/01/2010 18:11


On était surtout moins dans la consommation immédiate.
Pour le reste, j'ai dit ce que j'en pense plus haut.


segolin 28/01/2010 15:19


Je me sens con-cerné tout en etant con-vaincu que ce n'etait pas mieux avant sur certains points et mieux sur d'autre....
C'est la nostalgie qui nous fait parler comme celà.....
Christophe ,les surfs ,les chats sauvages ,les yéyés ,le debut du gaullisme ,les guerres d'independance ,Antoine ,johnny ,Sylvie ,gigliola cinquetti ,boby solo
le debut de l'anti-militarisme! allez consulter mon blog ,j'y parle de l'année 55
Bises de Don marco dit segolin (le blog)


plume de cib 28/01/2010 14:54


je vais dire une lapalissade : ceux qui n'y ont pas survécu ne sont pas là pour le dire ! Ma mère est décédée dans les années 60. Passagère d'une voiture où il y avait sûrement une ceinture de
sécurité, mais pas obligatoire. Choc sur la nationale, elle est passée à travers le pare-brise et a été éjectée à quelques dizaines de mètres. Le conducteur s'en est sorti indemne. Il avait 
sa ceinture et le volant pour le retenir.
Désolée Flèche.... mais c'est vrai que ce message idéalise cette période, pour moi à outrance... Par ailleurs, les accidents domestiques étaient si nombreux qu'il a bien fallu légiférer... Les
actes de pédophilies, les viols, les maltraitances sur enfants, on n'en parlait pas, mais cela existait, vraiment. De plus, les enfants n'étaient pas avertis comme aujourd'hui et subissaient sans
pouvoir se plaindre....Arghhh; pas gentille cib, elle casse le délire... Mais je peux pas laisser passer.... Bise


fleche 28/01/2010 18:10



Je ne me plaçais pas au niveau de l'information notamment en ce qui concerne les violences de tout ordre.
Concernant la sécurité, il est clair que la ceinture de sécurité sauve bien des vies et c'est tant mieux. Je suis pour ma part très consciente d'avoir beaucoup de chance puisqu'étant passée de
l'arrière de la voiture à l'avant en allant avant valdinguer sur le pare-brise. J'étais petite, maléable c'est ce qui m'a sauvée.
Pour le reste, je crois qu'il faut arrêter de mettre des systèmes de sécurité partout et tout le temps, notamment en ce qui concerne les enfants. Cache-prises, anti-pince-doigts ne font que
repousser les échéances. Un jour ou l'autre il faut se confronter à ces difficultés et y faire attention.
Je suis impliquée et partie prenante en matière de sécurité sur la petite enfance, je peux t'assurer que souvent on est dans le trop.

Mais clairement sur certains points, ce n'était pas mieux avant ; ceci dit ce n'est pas mieux maintenant.