Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fleche
  • Le blog de fleche
  • : Quelques réflexions ou observations que j'aimerai partager avec vous sur l'actualité, la société, la politique. "La rigidité et la dureté sont les compagnons de la mort. La douceur et la délicatesse sont les compagnons de la vie." Lao Tseu
  • Contact

Photographies

Les photographies mises sur ce blog sont soit les miennes soit mises en ligne à partir de Flickr. Si vous découvrez une  photographie qui ne serait pas libre merci de m'en informer je la retirerai immédiatement.

Recherche

Un peu plus sur Flèche

La tête encore dans
les nuages                                       








Et yeux tournés
vers la  terre
pour y regarder la nature souvent si belle












rose tassin cmp








Archives

Black Out

HADOPI - Le Net en France : black-out
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 07:54

Le droit opposable est un concept assez récent et dans certains cas, je le trouve un peu excessif, et il en est ainsi sur le droit opposable au mode de garde.

Si le droit opposable au logement me parait presque naturel tant il est indispensable d'avoir un toit sur la tête, il en est tout autrement du droit opposable au mode de garde.

Le fait de devenir parent est un choix aujourd'hui pour la plupart d'entre nous. Aussi le droit opposable au mode de garde me semble inadapté, même si les pouvoirs publics se doivent de mettre en oeuvre un maximum de services pour venir en aide aux parents en recherche de garde.

Mais pas n'importe comment.

Ce droit opposable est censé s'appliquer et s'imposer lorsque les enseignants sont en grève à plus de 25% dans une école ou lorsque des enseignants sont absents de façon imprévisible et non remplacés (ça arrive assez souvent qu'ils ne soient pas remplacés).
En cas de grève c'est une atteinte à ce droit, qu'on le veuille ou non.
En cas d'absence d'un enseignant, c'est tout aussi dérangeant. Ce n'est pas aux communes de suppléer aux remplaçants qui devraient assurer la vacance temporaire du poste.

Or la loi l'impose aux communes.

Mais ce droit d'accueil opposable risque-t-il de s'étendre ?

On entend Mme Morano annoncer la création, dès la rentrée 2009, de jardins d'éveil pour les enfants de 2 à 3 ans et la création de 8 000 places.

La règlementation sur les jardins d'éveil est on ne peut plus opaque. Il s'agirait d'une implantation dans les classes de maternelle, sans enseignants. Il était un temps où une activité non scolaire ne pouvait pas cohabiter avec l'activité scolaire.

Et ces jardins d'éveil, qui paye ?
Qui encadre ?
Quels professionnels, diplomés, qualifiés, non diplômés ?
Les précisions ne sont pas légion.

Partager cet article

Repost 0
Published by fleche - dans Questions
commenter cet article

commentaires

sixtine 23/04/2009 14:31

Eh oui, rappelez vous la déclaration de Mr Darcos : Pas besoin d'un diplôme pour changer des couches... Economies, économies...sur le dos des tout-petits !