Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fleche
  • Le blog de fleche
  • : Quelques réflexions ou observations que j'aimerai partager avec vous sur l'actualité, la société, la politique. "La rigidité et la dureté sont les compagnons de la mort. La douceur et la délicatesse sont les compagnons de la vie." Lao Tseu
  • Contact

Photographies

Les photographies mises sur ce blog sont soit les miennes soit mises en ligne à partir de Flickr. Si vous découvrez une  photographie qui ne serait pas libre merci de m'en informer je la retirerai immédiatement.

Recherche

Un peu plus sur Flèche

La tête encore dans
les nuages                                       








Et yeux tournés
vers la  terre
pour y regarder la nature souvent si belle












rose tassin cmp








Archives

Black Out

HADOPI - Le Net en France : black-out
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 07:23

Exactement le contraire du titre de mon billet d'hier me direz-vous.

Eh bien oui, mais je ne veux pas vous demander d'aller vite, ni aller vite moi même, je veux simplement dire aujourd'hui mon exaspération d'entendre tous les jours ou presque "le gouvernement veut faire vite".


Alors bien évidemment, il y a des cas où cette rapidité est totalement justifiée. Par exemple qui comprendrait que le gouvernement ne veuille pas "faire vite" pour venir au secours des personnes qui ont subi des dommages avec la tempête qui s'est abattue sur le Sud-Ouest de la France.

Mais les autres cas demandent-t-ils tous la même précipitation ?

Talleyrand disait à son cocher : "allez doucement je suis pressé", les politiques au gouvernement feraient bien de s'en inspirer.

C'est étourdissant entre le président qui ne reste pas en place, qui virevolte d'une réunion à l'autre, d'un lieu à l'autre et ses ministres qui pour la plupart ne connaissent absolument pas le dossier et les réformes qu'ils doivent mettre en oeuvre.

Ils auraient bien besoin de s'arrêter et d'observer.

Ainsi Martin Hirsch qui s’avoue lui-même « choqué » par la recrudescence d’une pratique difficilement quantifiable, à lire
ici si ça vous intéresse. Eh oui Martin Hirsch découvre qu'il y a de plus en plus personnes qui ne veulent pas avoir recours aux associations caritatives et glanent lors des fins de marché de quoi de nourrir.
Cette pratique ne date pas d'hier, je l'ai toujours vu faire.

On apprend également lorqu'on fait le tour des actualités qu'à force d'urgence, les textes s'entassent dans l'hémicycle et qu'une loi votée en Sénat en octobre, revient devant l'Assemblée Nationale fin janvier, pour cause d'encombrement c'est

A la lecture de l'article, on peut s'apercevoir aussi que Mme Boutin et Mme Amara sont peut-être plus préoccupées par leurs prérogatives que par le contenu de ce qu'elles présentent, notamment dans cette loi ; la remise en cause du maintien dans les lieux dans les HLM et la qualification par Mme Boutin de logement social, un logement acquis en accession à la propriété ! Le Sénat a rejeté cet aspect de la loi, ça repasse devant l'Assemblée Nationale et si ça ne va pas dans le bon sens, devinez : "La décision sera prise au plus haut niveau, à l'Élysée." 
Nous tromperai-t-on sur la nature du régime de notre pays ?

Enfin quel changement rapide et radical de direction que le virage pris par M. Besson dont le lapsus n'aura échappé à personne
ici. En 2007, il accompagne Ségolène Royal dans sa campagne électorale pour la présidentielle mais démissionne car en désaccord, en janvier 2009, il est élu secrétaire général adjoint de l'UMP.
Opportunisme ou conviction ?

Entre les agités, les opportunistes, les lèche-bottes et les dents qui sont si longues qu'elles en rayent le plancher, on peut se poser la question de l'intérêt général et de l'intérêt du pays.

Jeudi prochain sera une bonne occasion pour s'arrêter et observer.

Partager cet article

Repost 0
Published by fleche - dans Tribune libre
commenter cet article

commentaires

sixtine 27/01/2009 12:07

Comme Cib, je pense qu'une action doit être réfléchie avant d'être exécutée...D'ailleurs, ce qu'on reproche le plus, ce ne sont pas les réformes en elles-mêmes, mais la façon précipitée dont on les a mises en place !

fleche 27/01/2009 13:59


Oui car le travail de fond nécessaire à toute réforme, est bâclé ou pas entrepris du tout.


plumedecib 27/01/2009 10:20

bonjour Flèche,Oui aller chercher les restes à la fin des marchés s'est toujours fait. Je me souviens à Lyon, sur le Marché des Quais de Saône qui s'étalait, il y avait à la fin du marché des personnes très agées et aussi des "clodos" qui venaient ramasser pommes, choux et salades... Mais aujourd'hui, c'est différent. A la fin du marché, il y a des mamans qui viennent chercher de quoi manger pour leurs gamins. Les poubelles des boulangeries, épiceries, sont visitées. On s'abonne à telle ou telle poubelle. Certains commerçants sont sympas et mettent les produits mangeables de côté, d'autres sont des chiens et mélangent la merde du ménage et les produits... Il y a parfois des bagarres à proximité des poubelles....Mais pour ton billet, je ne pense pas qu'un gouvernement doivent en permanence "piétiner d'impatience". On ne fait pas de réformes dans l'urgence. On fait du colmatage. Et on perd du temps car à force de plâtrer, on est bien loin de la plaie.... Faudrait un marteau piqueur ! Bise 

fleche 27/01/2009 10:34


Aucun travail en profondeur n'est fait si ce n'est pour détruire ce qui a été construit.